Mesurez votre souffle


souffle

 


Pourquoi mesurer son souffle quand on est fumeur ?

Comment ? Qu’appelle t-on spirométrie ?

Qu’est ce que le VEMS ?

Qu’est-ce que la courbe débit-volume ?

Quelles anomalies du souffle sont recherchées ?

Mesurer seul ou avec votre médecin ?

Avec quels appareils

 

 

Pourquoi mesurer son souffle quand on est fumeur ?
   

Le simple fait de fumer est un motif suffisant pour vous inquiéter de votre souffle. E, effet le tabac abîme fortement le système respiratoire, bouche les bronches, favorise les infections du poumon et le cancer.
Même si vous ne vous plaignez d'aucun trouble, vous avez peut-être déjà une atteinte de vos poumons. Tout fumeur qui tousse et crache souffre déjà d'une maladie appelée BronchoPneumopathie Chronique Obstructive, ou BPCO. Cette bronchite entraîne un handicap majeur et raccourcit l'espérance de vie.
L'essoufflement est le signe d'une atteinte respiratoire liée au tabac déjà avancée. Cependant, la sensation de manque de souffle peut passer inaperçue. C’est le cas si vous vous adaptez aux limitations de vos capacités (par exemple en évitant de prendre des escaliers) ou si vous pensez que votre essouflement est normal en l’attribuant à tort à d’autres facteurs ("c’est l’âge", "je prend du poids", "je n’ai plus le temps de faire du sport").
Si vous fumez, posez-vous la question de savoir si vous n’êtes pas essoufflé en raison de la toxicité du tabac. N'hésitez pas à demander à votre médecin si une mesure de votre souffle (appelée "spirométrie", ou "exploration fonctionnelle respiratoire") peut vous être utile.



 

Comment ? Qu’appelle t-on spirométrie ?

   

Le volume d’air déplacé à chaque respiration normale est appelé « volume courant. »
Le volume qui reste dans les poumons à la fin d'une expiration est appelé « volume résiduel ». La différence entre "gonflé à fond" et "vidé à fond" est la capacité vitale (en abrégée "CV").


 

Qu’est ce que le VEMS ?

 
   

La quantité d'air qui sort des poumons pendant la première seconde de l'expiration forcée s'appelle le « volume expiré maximal en une seconde », (en abrégé VEMS).
Si le rapport du VEMS et de la CV, (VEMS/CV), est inférieur à 75%, on en déduit qu’il y a une obstruction des bronches, et donc BPCO dans le cas d'un fumeur. Plus le VEMS est diminué, plus la BPCO est sévère.


Qu’est-ce que la courbe débit-volume ?

    En mesurant votre souffle, votre médecin étudiera également ce que l'on appelle la courbe débit-volume. Au lieu de représenter les changements de volume pulmonaire en fonction du temps on représente le débit inspiratoire ou expiratoire (la force de l'inspiration ou de l'expiration) en fonction du volume pulmonaire. Plus le poumon est gonflé, plus l'on est capable de souffler fort. Plus on a vidé d'air, moins on est fort pour continuer à en vider (on éteint plus de bougies au début du souffle sur le gâteau qu'à la fin). Le débit expiratoire diminue donc avec la diminution du volume pulmonaire, la courbe dessinant, normalement, un triangle.
En cas de BPCO, l'effort expiratoire va écraser les bronches malades et diminuer le débit expiratoire pour un volume donné. Au début, ceci ne se voit que pour les volumes pulmonaires les plus bas, puis pour des volumes de plus en plus élevés. Le triangle se creuse. En superposant la courbe normale attendue et la courbe réelle, on peut avoir une visualisation schématique de l'importance de la perte de fonction respiratoire.

Quelles anomalies du souffle sont recherchées ?

    Pour dépister une BPCO, on étudie le rapport entre le volume maximal expiré en une seconde (VEMS) et le volume total qu'il est possible de déplacer, la capacité vitale (en abrégé "CV"). Ce rapport, VEMS/CV, doit normalement être supérieur à 75%.
On peut, pour simplifier remplacer la capacité vitale par la mesure du volume maximal expiré en 6 secondes (en abrégé VEM6). Le rapport VEMS/VEM6 doit normalement être supérieur à 80%.

Mesurer seul ou avec votre médecin ?

    Il est possible de mesurer son souffle seul (c’est notamment utile pour se surveiller lorsque l’on est asthmatique), mais il faut voir son médecin pour dépister une BPCO. Le généraliste peut effectuer une première mesure avec un spiromètre miniaturisé pour dépister une anomalie. A lui de juger ensuite si une mesure plus complète est nécessaire ou pas. Si oui, il vous adressera chez un spécialiste (pneumologue).

 


Avec quels appareils
    Les appareils de mesure du souffle sont nombreux et plus ou moins performants. Il existe deux principales familles d'appareil, les "spiromètres" et les "pléthysmographes". Il existe aussi des spiromètres électroniques miniaturisés dont l'utilisation est simplifiée. Ces derniers permettent un dépistage de la BPCO, par exemple au travers de la mesure du rapport VEMS/VEM6, mais en cas d'anomalie, une vérification est nécessaire au moyen d'un appareil plus performant.


Voir nos vidéos sur la mesure du souffle cliquez ici

 

 

 

Rédaction : Professeur Thomas Similowski. Service de Pneumologie, Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière, Paris. Docteur Nicolas Postel-Vinay, service de santé publique, Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris.
Novembre 2004
Texte rédigé d’après le livre « Souffle et tabac : comment lutter contre la BPCO »
Thomas Similowski, Nicolas Roche, Jean-Philippe Derenne.
Editions John Libbey.
automesure.com® : mise en ligne Novembre 2004, revu en 2011

.