Les maladies de la fréquence et du rythme cardiaque




 
  Comment fonctionne le coeur ?
Le coeur sert à faire circuler le sang, il a un rôle de pompe. C’est un muscle qui se contracte et se relâche. La fréquence à laquelle le coeur se contracte est commandée par des cellules cardiaques spécialisées. Ces dernières produisent un courant électrique qui déclenche la contraction. Le coeur est donc comparable à une pompe reliée à un mécanisme d’horlogerie. Quand la pompe est altérée on parle d’insuffisance cardiaque (dans ce cas le coeur ne pompe plus assez fort), quand le mécanisme d’horlogie dysfonctionne on parle de troubles du rythme. En cas de troubles du rythme, le coeur bat soit trop vite, soit trop lentement et/ou de façon irrégulière.

 


  Qu'est ce qu'un trouble du rythme ?
Un coeur est bonne santé bat régulièrement, ni trop vite, ni trop lentement. Un coeur ayant un trouble du rythme bat de façon irrégulière, parfois trop vite, parfois trop lentement. Le trouble peut être permanent (c'est à dire qu'il survient tout le temps), ou bien survenir de façon intermittente (c'est à dire qu'il ne survient qu'à certains moments). On distingue donc les troubles du rythme dits permanents ou bien « paroxystiques ».

 

 

 

Que veut dire bradycardie ?
Bradycardie signifie rythme cardiaque lent. Le coeur peut être lent de façon normale (c'est le cas des athlètes d'endurance bien entrainés, comme par exemple les marathoniens)

 


 

Que veut dire tachycardie ?
Tachycardie signifie rythme cardiaque rapide. On distingue les tachycardies au repos ou à l'effort. Jusqu'à une certaine limite une accélération de la fréquence cardiaque suite à un effort ou une émotion est normale.

 

  Que veut dire tachyarythmie?
Tachyarythmie signifie rythme cardiaque à la fois rapide et irrégulier. Une tachyarythmie est un trouble du rythme.

 

  Qu’est ce que est la fréquence cardiaque au repos ?
Les battements du cœur se mesurent : c’est le nombre de battements par minutes, encore appelé fréquence cardiaque. La fréquence cardiaque au repos est plus lente qu’à l’occasion d’un effort ou d’un stress (émotions, fièvre) qui accélèrent la fréquence cardiaque. Il n’y a pas de chiffre unique pour définir la fréquence cardiaque normale.


  Quelle est la fréquence « normale » du coeur  au repos ?
Au repos, chez un adulte, une fréquence cardiaque comprise entre 55 et 85 est normale. A partir de 100 battements par minute et plus au repos, un avis médical est justifié.

 

 

Indications sur le rythme cardiaque au repos pour une personne adulte ne ressentant pas de malaise


Nombre de battement par minute

Indications générales

Entre 30 et 40

Rythme cardiaque trop lent. Il est recommandé d’en parler en à son médecin

Entre 41 et 49

Rythme lent. Cela peut être normal chez un athlète de fond entrainé (marathonien, cycliste par ex.).

Entre 50 et 85

C’est le rythme au repos de la majorité des personnes. C’est un rythme « normal » dans un contexte « normal »

Entre 86 et 90

Rythme un peu rapide au repos. Cela peut correspondre à un manque d’exercice physique.

Entre 91 et 99

Rythme rapide au repos. Cela peut correspondre à un manque d’exercice physique (sauf maladie cachée).

Entre 100 et 119

Rythme franchement rapide au repos : cela peut évoquer une anomalie cardiaque, une maladie de la thyroïde mais aussi correspondre à un manque d’exercice. Mieux vaut en parler à son médecin.

Entre 120 et 170

Rythme trop rapide. Après dix minutes de repos c’est très anormal, il faut avertir son médecin.

 

 

  Qu’est-ce qu’une extrasystole ?
La contraction du coeur s'appelle la systole. Normalement le coeur se contracte régulièrement. Il y a par exemple une soixantaine de contractions par minute, soit environ 60 systoles par minute. Une extrasystole correspond à un déclenchement prématuré, sans attendre le moment de contraction du rythme régulier. Ce déclenchement peut-être isolé (une ou quelques rares extrasystoles viennent modifier le rythme normal le temps de quelques battements cardiaques), ou durer plus longtemps, voir s'installer de façon permanente.


 

Pourquoi distinguer les extrasystoles auriaulaires et les extrasytoles ventriculaires ?
Au moment la systole, les oreillettes du coeur se contractent en premier, puis très rapidement vient le temps de la contraction des ventricules. Il existe donc une systole auriculaire (c'est la systole des oreillettes) et une systole ventriculaire (celle des ventricules). Les maladies d’origine auriculaire ou d’origine ventricualire ne sont pas les mêmes. Globalement les extrasystoles ventriculaires posent des problèmes de santé potentiellement plus graves que ceux des oreillettes car la force principale du coeur vient des ventricules. Il est donc important de les distinguer. Seul un tracé d'électrocardiogramme permet de faire cette distinction.

 

 

Qu'est ce que la "fibrillation atriale" ?
C’est un autre terme pour désigner la fibrillation auriculaire.

 

  La fibrillation auriculaire est t-elle fréquente ?
Oui. La fibrillation auriculaire (FA) est l’arythmie la plus fréquente. Elle concerne 1 à 2 % de la population générale. Sa prévalence augmente sensiblement avec l’âge : la FA touche 4 % des personnes de plus de 60 ans, et 10 % des plus de 85 ans. La fibrillation atriale est la plus fréquente des cardiopathies emboligènes (maladies cardiaques provoquant des caillots sanguins), représentant à elle seule plus de 60 % des infarctus cérébraux cardio-emboliques.

 

  Pourquoi un coeur irrégulier peut-il être à l’origine d’un accident vasculaire cérébral ?
Un coeur qui bat irrégulièrement évacue mal le sang. Le sang peut stagner au niveau du coeur et faire des caillots (se coaguler). Une fois formés, ces caillots peuvent ensuite s'échapper dans la circulation sanguine jusqu'à se bloquer dans une artère du cerveau. L'artère se bouche et une partie du cerveau est alors privée de la circulation du sang. Faute d'oxygène apporté par le sang en quantité suffisante, les cellules du cerveau souffrent ce qui provoque un accident vasculaire cérébral ou AVC.


 

  Pourquoi un coeur irrégulier peut-il être à l’origine d’une insuffisance cardiaque ?
Les contractions irrégulières du coeur gênent la fonction de pompage du sang.
Le cœur peut alors perdre de sa force. Dans un premier temps les ventricules peuvent compenser cette perte, mais à long terme leur épuisement peut conduire à l’insuffisance cardiaque, une maladie grave lourdement handicapante.

 

  Quelle est la complication la plus grave de la FA ?
L’accident vasculaire cérébral (AVC) représente la complication la plus sévère de la FA avec un risque estimé à environ 5% par année en l’absence de traitement. Chez les patients de plus de 80 ans, 1 AVC sur 5 est causé par la FA. Ces AVC sont plus graves que ceux provenant d’autres origines.

 

  A quoi est due la fibrillation auriculaire ?
L’apparition d’une FA est favorisée par le vieillissement du coeur et certains troubles cardiaques (comme l'insuffisance cardiaque, les anomalies des valves cardiaques, l'hypertension artérielle), ou d'autres maladies comme l'hyperthyroïdie, l’obésité, la BPCO (bronchite chronique obstructive), des maladies rénales ou le diabète.

 

  Quelles sont les valeurs de la fréquence cardiaque en cas de fibrillation auriculaire?
En cas de fibrillation auriculaire, les impulsions du coeur sont trop fréquentes. La fibrillation auriculaire peut provoquer jusqu'à plus de 150 battements de cœur par minute.

 

 

Une fibrillation auriculaire survient t-elle tout le temps ? Ou juste par moments ?
Dans certains cas les troubles peuvent survenir par épisodes, qui durent parfois plusieurs jours, entre lesquels le rythme du cœur est régulier. Dans d'autres cas la fibrillation auriculaire est dite "permanente", l’irrégularité des contractions cardiaques est alors constante.

 

  Comment soigne t-on la fibrillation auriculaire ?
On peut proposer des médicaments pour ralentir la fréquence cardiaque et pour retrouver un rythme régulier. Ce n'est pas toujours possible. Très souvent une personne souffrant de fibrillation auriculaire doit recevoir des médicaments anticoagulants qui empêchent le sang de former des caillots. Les anticoagulants dans la FA réduisent de 2/3 le risque de faire des caillots à l'origine d'AVC.




   retour Surveiller son cœur


 

 

 

Rédaction : Dr Nicolas Postel-Vinay et Dr Antoine Chedid (cardiologue), Hôpital européen Georges Pompidou, Paris. Mars 2018