Santé connectée de l'automesure à l'ubimédecine

 
 

Santé connectée : un risque de dérive ? Problèmes éthiques

 

 

Il n’est peut-être pas innocent d’envoyer sur les réseaux sociaux des paramètres de santé, que cela soit pour s’amuser (le quantified self), ou pour se soigner. La télésurveillance ne doit pas consacrer l’alliance du Dr Knock et de Big Brother.

 

Télésurveillance des sujets atteints d’apnées du sommeil
La télésurveillance du sommeil des personnes souffrant d’apnées du sommeil est obligatoire en France depuis octobre 2013. Devant cette mesure, les associations de patients ont rué dans les brancards. Pour en savoir plus voir notre rubriqué dédiée.
http://www.automesure.com/Pages/saos.html).

 

Géolocalisation des patients atteints de maladie d’Alzheimer.
Des bracelets capables de géolocaliser des patients déments sont librement vendus en France depuis 2006. L’existence de ces dispositifs, qui ont leurs avantages et leurs inconvénients, font débat.  Le Site automesure.com reviendra prochainement sur ce sujet important.

 

Géolocaliser les enfants et les autistes ?
Il est troublant de voir sur internet la vente un traceur GPS à la fois pour les personnes atteintes de maladies d’Alzheimer, mais aussi pour des cas d’autisme, de trisomie 21 … et … les chiens et les chats fugueurs ! Un grand danger serait de banaliser la télésurveillance sans réflexion. Des pédiatres nord américains ont fixé un GPS sur un appareil de mesure du souffle (débimètre de pointe) en vue de tracer l’emplacement des crises d’asthme. Est-ce vraiment utile ? Est-ce même acceptable ?

 

Des messages publicitaires aux allégations mensongères ?
On doit aussi se préoccuper des auteurs de programmes liés aux capteurs. Méfions nous des applications promptes à vendre des produits de santé inutiles, voire dangereux.

 

En pratique : suivre les conseils de la cnil
La Cnil a raison de recommander aux utilisateurs d'utiliser un pseudonyme pour partager leurs données ; de ne pas automatiser le partage des données vers d'autres services ; de ne publier les données qu'en direction de cercles de confiance et d'effacer ou de récupérer les données lorsqu'un service n'est plus utilisé.

 

Rédaction Dr. Nicolas Postel-Vinay; Hôpital européen Georges-Pompidou (Paris). Janvier 2014. Source automesure.com

crédit photo = © viz4biz - Fotolia.com

 


 

©automesure.com Janvier 2014